Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/03/2017

LE TRAIT EN LIBERTE 2

Le seul exercice qui vaille reste ma pérégrination dans le plein de la vie que j’alimente de touches vigoureuses. Et le vaste champ d’exploration que mes langages retournent sans relâche. Aucune vérité universelle ne traîne ses guêtres ici. Seulement d’humbles outils qui pointent la voie de ma propre vérité. Je trace l’ombre sur des feuilles pour extraire la lumière du fond de mes modestes défis, qui ne sont qu’une somme de prétextes heureux dont l’enjeu est d’exister.

Je persévère à souffler sur le minuscule éclat rouge de la course sauvage de l’existence. Intense et sensorielle, j’ai le goût de la précision et de l’inachevé. Mes mondes sont des constructions où baignent mes aurores, mes  musiques, ton absence, et la solitude de mes silences. Une mise hors du temps sur laquelle se fixent des instants d’éternité et la lutte contre l’oubli. Je ne grave pas ma postérité mais j’envisage le peu qui se transmet alors que mon livre s’éteint doucement.  

A travers le portrait d’un Autre, je persiste à me rencontrer. Une succession de coups de crayon. Une énième et légère pression des doigts, les yeux se précisent et me considèrent. Examinent mon âme et ses états. Me pousse dans mon confessionnal. A l’aveu de ma force et de ma fragilité. La mise en œuvre d’un visage est un enfantement. Celle d’un Être qui observe, et s’interroge.

Ce reflet de moi-même me retourne un objectif qui selon mes émotions s’imprime d’amour ou d’une réplique sans la moindre concession. Dans ces moments, j’ai le sentiment d’être arrivée au bout… Au fond de moi. La mise à nu est toujours une mise en abyme. Chaque visage est en réalité un autoportrait clandestin tout juste dissimulé. Ne reste que l’extrait de soi. La lumière blanche qui scintille quand tout le superflu a été retiré.  

Ariana Barras

22/03/2017

COMMENTAIRE

LE TRAIT EN LIBERTE 1 :

Avec une telle sensibilité, vous emportez d’emblée l’adhésion. On comprend votre habileté à projeter le pittoresque et les contrastes humains. Vous nous donnez de l’espace entre les lignes et c’est bon !

COMMENTAIRE

Vos passions sont émaillées par de beaux fleurons (la richesse de l'art a laissé une forte empreinte). Qui plus est, vous avez une véritable disposition pour nous les décrire ! Comment rencontrer un Ange...? Réponse : " En vous lisant ".

LE TRAIT EN LIBERTE 1

Si je devais me qualifier, j’utiliserais le terme d’expressionniste. Traduire mes sentiments, mes émotions. Aussi loin que je me souvienne, il me fallait m’exprimer. M’exprimer me paraissait aller de soi comme respirer. Saisir un crayon pour trouver le geste du dessin. Saisir un crayon pour dire les mots. Saisir la ligne de mon corps, envisager le déplacement, rompre avec le sol pour me lancer dans l’espace, (ma rupture forcée avec la danse fût une véritable déchirure)... Puis, la peinture est venue plus tard, avec la fascination exercée par de grands Maitres comme Goya, Vélasquez, Modigliani, et tant d ‘autres... La diversité des approches, déconstruction du classique, appropriation fabuleuse et singulière.

C’était l’accès à une liberté plus vaste où la représentation de la réalité me dépassait, m’arrachait au réel perçu et supposé. La liberté au bout du crayon, du pinceau, jusqu’au bout des doigts qui viennent fondre l’intensité de la substance utilisée. J’ai découvert l’aquarelle, puis l’acrylique, et enfin l’huile qui fait don d’elle-même comme on fait don de soi... La rencontre avec le prodigieux concilie l’Être avec le divin. Toutes créations confondues, chaque œuvre de génie dont je me suis nourrie et désaltérée, s’est adressée à mon âme en traversant ma chair comme la lumière. Ces vagues d'émotions m'ont construite.

Mon univers n’a rien d’académique. Il est fait d’écriture graphique, d’écriture picturale, d’esquisses accentuées. On pourrait croire que cette pluralité s’oppose à l’acte de choisir, par la même au refus de renoncer. Inconsciemment peut-être… Toutefois sur ce trajet infini, j’utilise le verbe sous toutes ces formes comme un énoncé de l’intention, ou plus précisément sa mise en mouvement à défaut de ne jamais pouvoir la traduire entièrement. En toute conscience, ces voies se complètent et s’unissent simplement dans une trajectoire céleste vers un désir de beauté, d’absolu et de vérité.  

Ariana Barras  

18/03/2017

COMMENTAIRE

J’aime venir me poser chez vous, car j’y suis bien. Ce quelque chose de simplicité et d’authenticité me plaît. Et pour tout dire, je vous préfère à beaucoup d’autres blogs prétentieux où narcisse fait son lit !