Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/07/2017

LA FIANCEE DES EAUX 2

A bord de ce vaisseau tournant avec les astres d’un bout à l’autre du ciel. Je n’étais rien. Rien de plus que ce je que je valais. En mer on ne masque pas ses faiblesses. Je consommais le pain de mon courage, de la persévérance, de la force et de l’endurance. Chacun à sa manœuvre avec rigueur. Les conversations se faisaient rares. Je me cherchais pas à pas dans un silence léger. J’étais en moi. Dans ma sérénité. Quitter sa zone de confort pour s’exposer, amène à se révéler. Au fil de l’eau, j’ai découvert la fragilité de mes certitudes, la modestie de mes vérités, et au besoin la sagesse de savoir s’en délester.

Par mer d’huile, mon esprit s'égarait dans la lumière. Armée de mes carnets, j’agençais mes sensations de navigateur éphémère, de cherchant solitaire. L’alpha et l’oméga des cycles. Les distances mouillées. L’écho léger de l’aube. L’émerveillement de ce qui change et demeure. Le métal bleu de l’eau. La ruade de l’air frais. Le ciel radieux sur la tête des mâts flanqués comme des flèches naturelles. L’ombre trépidante autour du bateau nimbé de clarté. Le crépuscule flambant qui abolissait mes paradoxes. Tout me remettait à la vie comme toi aujourd’hui.

Chaque creux m’ouvrait une nouvelle réalité, je cheminais vers la géographie de ma destination à ne plus avoir que la terre comme alliée. Songeant parfois à un temps où l’homme agissant comme un explorateur se surpassait sans rechercher pouvoir ou fortune. A un temps où l’homme conscient d’être si peu, s’essayait seulement à prouver non pas sa grandeur mais celle des hommes. Entrée par la porte du monde, le pouls un peu plus fort. Sous les hanches de la lune, embarquée sur les reins de la mer comme une héritière de fortune, je recevais la sentence de la liberté, le travail du vent, et le chant prodigieux de l’univers.   

Ariana Barras  

Les commentaires sont fermés.