Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/04/2017

L'ETOILE DETACHEE

Entre une cargaison pesante embarquée par les grands fonds, et l’enjeu immense d’une existence postulant à la quiétude. Toutes projections confondues tombaient comme un couperet sur la nuque d’un futur annoncé. Devenue la pierre d’un autel de sacrifice pour le billet quotidien d’une chronique exécrable. Au profit d’une créance qui se paie comptant sur le dos d’une contrainte couplée à une ligne de reddition.

Il y a peu, décomptant les obstacles au centre de cette décision inéluctable, et consciente du frein majeur. J’ai regardé dans son épaisseur redoutée et redoutable, celle de la solitude totale. Sévère, verticale, avec ses recoins du mal. Dans un léger goût d’effroi, j’ai touché le fond de la peur entre deux obscurités. Pour la braver, je crois que j’ai souri en prenant la résolution d’en finir avec l’anathème de l’incurable déroute de cette histoire.  

La pensée claire et nettoyée. Reprenant de la hauteur sur des heures poisseuses qui ne recherchent même plus la précaution de se planquer derrière les portes pour se faire insidieuses. Tombant sur mes épaules comme une averse de tendresse dévalée du haut des tours du monde. La sérénité revient, met ses pas dans les miens.

Envisageant pour demain, la géographie d’un territoire inédit. Plus que jamais je cultive l’art des petits riens bariolés d’instantanés. Tandis que l’aube renouvelle chaque matin l’inauguration des allées de mes belles diversions. Au bord d’une fenêtre ouverte dérobée à l’infini, je me précipite calmement dans l’ouvrage de mes passions avec toi dans l’iris de ma toile de fond.    

Ariana Barras    

Les commentaires sont fermés.