Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/03/2017

LES RACINES ET LES BRANCHES

Au cours de nos décades nous érigeons d’incrédules constructions où seul un filet d’eau peut se frayer un chemin, où les coins reclus sont nos propres geôles cernées de certitudes. Façonnés par nos habitudes, nous souffrons d’un déni de mémoire. En remisant la nôtre, celle de nos aïeux, de nos terres ancestrales. Nous évitons de penser la réalité de l’existence soumise à l’entropie commune à l’univers. Convaincus à défaut d’être les héritiers de l’éternité. Nous en venons à vivre comme des despotes jouant sur un coup de dés l’avenir de l’humanité.

Il faudrait se souvenir du chant et de la fleur merveilleuse que le jour plantait dans nos yeux, lorsqu'en pleine jeunesse nous buvions la vie jusqu’au bout de la galaxie. Alors précisément conscients du cadeau prodigieux qui s’offrait à nous, emparés de la responsabilité entière de la Terre et de ce Tout saisissable. Le sensible nous était perceptible. Nous avions l’intuition d’une source de connaissance accessible, du théâtre perpétuel d’une mémoire universelle. En examinant la Lumière nous pressentions déjà qu’il n’y avait pas de lignes frontalières entre le spirituel et la matière, que nous étions de simples voyageurs du temps, passeurs de peu, et de l’infiniment grand.   

Au moment de rassembler ce qui est épars. De se rassembler pour devenir. De se rassembler pour s’unir. Si les racines se sont inversées au profit de l’effet. Que les fruits prennent la tunique d’une récolte flétrie comme des années qui n’ont jamais servi. Si les apparats se dressent pour combler le désert des vérités dont la recherche animait le pas de l’initié. C’est que le labeur a perdu de sa conscience et les hommes de leur ardeur. Qu’il nous faut réveiller la saveur de l’authenticité. Qu’il nous manque de regarder le monde avec l’âme et le cœur.

Ariana Barras

Les commentaires sont fermés.