Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/02/2017

AD VITAM ET AU DELA

Le monde se compte en millénaire, mais les eaux de tes yeux ignorent la facture sous tes paupières. Détrousseur comme un enfant mordant au sel des émotions et à la splendeur des élans. Buvant royalement les jours parmi les aigles flamboyants dans l’immense lustre des hauteurs. Ton ardeur imprime l’horizon tout entier. Plus fort et plus vivant, plus noble et plus grand, depuis qu’une fée aux mains enchantées est venue te révéler pour préciser tes pas dans l’émeute de ses sentiers.  

Quand je regarde en toi, c’est jusqu’au petit jour de ta naissance, ce jeune volcan blanc qui agitait déjà sa claire puissance. Avec cet essaim de dons et de vœux coulant sur toi comme un vin sucré et délicieux. Ton berceau tiède et tes rêves perçants d’espoir. Ton front éclairé d’aventures et de victoires. Parvenu à l’Homme que tu es qui me comble aujourd’hui d’embellies, de lacs suspendus et de rivages promis. L’eau sainte qui illumine mes gestes féconde ta flamme et ton sourire comme un fruit.

Dans la région des dunes célestes. Notre passion est une comète ripostant sa trainée dans l’infini comme une vaste brèche rebondit de soleil. A présent devenus les Chérubins ailés, adorés de l’immensité. Pour eux le bleu liquide du ciel est un miel croulant de feu sur le parvis de l’éternel. Il leur faut des soifs à la stature des hémisphères arrogants de la terre. Et puis, dans l’éden que je conçois, l’éternité est buissonnière.

L’aurore est une cathédrale embrasée faisant main basse sur la nuit. J’ai la terrible audace d’être heureuse par toi comme un fleuve renaissant par la pluie. Tu multiplies ma vie sans additionner l’équation de mes jours. Alors, prends ce serment pour tous les temps à venir comme la scansion des notes d’une symphonie. « Ad vitam, je te suis ».     

Ariana Barras     

Les commentaires sont fermés.