Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/12/2016

LA COURBE DE NOS SAISONS

Pour jouer en harmonie, il faut jouer à quatre mains, « l’entendu et l’émis ». Ces échos que j’ai manqués d’émettre et qui ont tant fait défaut à notre histoire. Récemment je me suis fait le serment de ne plus m’y dérober. En consacrant ta si belle énergie à fuir cette passion non désirée, tu as peu à peu terni puis détruit l’éclat de nos échanges en réduisant notre horizon à cette grisaille qui m’a tant pesée! A trop vouloir anéantir une histoire, on finit par la tordre jusqu’à la distordre. Néanmoins la chose biscornue n’est qu’une image projetée sur notre romance qui ne défalque rien à sa véritable substance ! Cependant soumise à ce pénible climat, je conviens t’avoir « mal » aimé. Loin du désarmant dessein que j’avais esquissé. User de sagesse et d’intelligence pour se préserver des discordes et des notes monocordes, se livrer au partage d’émotions intenses, s’abandonner au plaisir, retarder les heures en se donnant le meilleur afin de mystifier tout ce que la vie nous reprend inexorablement.

On ne replante pas une existence, mais mon appétence pour la vie a retrouvé l’éloquence d’une poésie prenant les embruns. Alors comme tout artiste animé par le désir de créer et de se recréer, mon regard s’embarque bien en deçà de ma toile vers de nouveaux territoires, que j’envisage et dévisage au seuil de l’indécence de l’aube comme la douce mélodie de l’inconnue. L’ombre bleue d’une mésange, un grain de raisin, ce qu’il faut de déraison, une nuit blanche, l’inexplicable beauté du monde. Il y a toujours des épis de blé prêts à se lever pour celui qui survit et il m’en faut peut pour banqueter !

Ariana Barras  

Les commentaires sont fermés.