Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/12/2016

DU LYS A LA ROSE

Hors du temps incarné, je voudrais rétablir toute la beauté que tu m'as ouvragée avec tant d’ardeur et de précision dans le geste comme un ciseleur de splendeur insérant son esprit et son cœur à ses œuvres pour nantir celle qu'il voulait Reine et qu'il a faite muse pour la nantir encore. Sachant où poser tes mots comme un danseur sait inconsciemment où poser son pied et sa main pour atteindre la consécration du mouvement lancé dans l'espace, comme tu atteins l’harmonie parfaite avec la majesté de tes agencements composés comme des pièces symphoniques.

Tel un enchanteur perpétuel inondant de ravissement l’abside de mes matins courroucés d’impatience, par le flot de tes mots embrasés s’écoulant de l'artère de ta plume. Combien de fois ai-je aspiré à me délecter de l’échappée de tes envols pareils à des notes de violon s’empressant de rejoindre le sillon de mes lèvres comme autant de baisers exaltés.

Je voudrais retrouver le satin de ta douceur de nos premiers matins pour m’envelopper en toi comme dans une soierie de chine. Je voudrais te redécouvrir m’effleurant avec délicatesse dans le lait de ta tendresse. Je voudrais reconquérir ces joyaux que tu gardes au fond de toi comme un trésor caché.

Je voudrais ouvrir ta lucarne pour que s'engouffre ta poésie sur les boulevards comme un champ blanc d'étoiles dans l'incendie du soir. Elle qui est comme l’eau et la vie. Elle nait chaque jour. Elle nait aujourd'hui. Elle grandit en moi comme un enfant. Tombant en goutte de lumière sur ma chair. Se saisissant de la densité du jour et des prémices des couleurs.

La brillance de tes partitions s’étire au milieu d’un halo de comètes irisées. Donnant voix aux secrets des taiseux et aux silences des gisants de pierres. Aux cyprès méditant nos légendes fabuleuses, à la colombe laiteuse de Minerve, et à nos villages repliés qui boivent la terre sous le clapot du temps. Et à nous deux portés par le vent des Corbières qui buvons le ciel comme deux Anges libres d’aller vers un même destin pour saisir l’essentiel de la poésie de la vie.  

Ariana Barras  

Les commentaires sont fermés.