Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/11/2016

LE SILENCE DES ECORCES

Comme une image verticale le soir est tombé sur mes mots mal cadrés, en simplifiant les choses pour les effacer comme la buée sur un miroir. Aujourd’hui sera meilleur. La lumière monte déjà jusqu’au sommet de ma lucarne tombant sur la cime des arbres comme des gouttes d’eau et sur leurs branches qui s'agitent pour ne pas renoncer.

Et tu ne sais pas que ta voix à fait claquer le ciel de dimanche comme des ailes d’oiseaux. Avec une désarmante simplicité sans se payer de mots. Et cette pudeur poignante comme un carnet dont tu tiendrais les pages serrées en les ouvrants avec retenue, tu m’as livrée l’expression du manque dans une phrase inachevée.  

Nous avons toutes les raisons de repousser la tunique froide de l’hiver qui vient ricaner avec l’écume de la solitude, et son sourire glacé. Même s’il nous observe d’un œil blanc par les trous de la serrure pour guetter nos faiblesses comme un pouls qui ralenti. Avec tous nos instants mis bout à bout qui font comme une deuxième salve de bourgeons à nos vies. Il y a de quoi nettoyer la poussière posée sur les pentes obliques de la lumière. Pour mettre le matin à l'écart du monde et freiner le rouleau compresseur des heures.     

Ariana Barras             

Les commentaires sont fermés.