Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/11/2016

J'AI TANT MANQUE DE TE DIRE...

Vous comprendrez que vous faire un portrait de lui reviendrait à le convertir, à tomber dans la prétention douteuse de la connaissance de l’autre, celle dont on s’arroge avec arrogance et facilité pour tenter vainement de posséder. Alors, je vais seulement vous dire ce qui me parvient de lui, tant le décrire serait le réduire, fixerait la mobilité de sa nature jusqu’à fermer sa lucarne aux étoiles.

Explorateur de l’imaginaire, et voyageur solitaire, il sait la paix des cycles qui effaceront ses pas comme l’eau éclipse des traces sur le sable sec. Détaché du paraître comme des mondanités, il a acquis sa propre liberté, celle que l’on taille comme la route pour s’atteindre soi-même. Combien de fois a-t-il dû s’arrêter sur le bord du chemin pour se croiser ? Combien de rencontre avec lui-même pour y voir apparaitre sa clarté ? L’Homme semble avoir fini par se lier à certains de ses défauts qu’il revendique autant que ses qualités. A la fleur de ses années, il est parvenu à jouer juste. A s’incarner en lui-même pour se retrouver à force d’essuyer ses pertes et ses défaites. Pour aboutir dans son désir de s’appartenir, il est souvent sans réserve, aussi impétueux que le vent dont il se joue. Excessif et passionné, c’est un enflammé de la vie, un allergique de la tempérance et de la forfanterie. Il dérange non pour déranger mais pour faire sauter les certitudes des autres. Ecorche volontiers le vernis trop laqué de quelques lurons et remet les pendules à l’heure comme on replace l’église au centre du village pour tenter de voir surgir un morceau de vérité humaine derrière les masques. D’une sensibilité si extrême qu’il en est meurtrier… De toutes ses vies dont il a fait son socle, il en résulte un Homme fort. Spirituel sans être mystique, parfois il semble appartenir au ciel comme si la lumière le portait. Lui qui sans bréviaires de messe et avec tant de justesse en est le porteur sous la voûte étoilée. Son cœur que je connais convoque des intentions si pures qu’elles en deviennent sacrées, si bien qu’aucune voix ne saurait se mêler à la sienne sans la profaner ! Il n’est pas exceptionnel, c’est pire que ça, il est rare !

Il faudrait aussi que je vous parle du fond de ces ardeurs, de ces convoitises qui m’embrasent, de cette douceur qui lui appartient, et du don parfait de soi à la lueur de ce serment inestimable…   

Ariana Barras

Commentaires

Cet homme doit être formidable Madame, mais s'il s'agit de celui qu'il m'arrive de croiser, je doute qu'il puisse se reconnaître. Par contre, et si votre description est ressemblante celle que vous imaginez, alors c'est qu'il est parvenu à son propre sommet, à sa propre liberté pour côtoyer l'idée qu'il se fait de l'accomplissement !

Écrit par : Savall d'Arvo | 10/11/2016

Les commentaires sont fermés.