Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/10/2016

ORDO AB CHAOS...

A quoi bon te dire que celui qui tient la lame y perd ses valeurs, et sa dignité autant que son âme ?

A quoi bon te décrire mes vents de colère exténués de chagrin, retombés aussi brusquement qu’un orage d’été contre les brisants de mes tourments ?

A quoi bon remuer la boue, disséquer la laideur qui nous maintient à ras de terre alors que tu t’essayes à semer des pièces d’éclat sous mes pas ?

A quoi bon persister à t’opposer l’art d’aimer à l’art de la guerre, si ce n’est pour apporter intelligence, force, et lumière à un lien maçonné à l’intérieur et au-delà du romanesque de notre univers ?

A quoi bon tenter de porter de l’eau à tes lèvres entre mes mains souillées de souffrance, moi qui ne retiens plus rien, alors que j’aurais voulu t’abreuver à la pureté d’une source fraîche et douce ?

A quoi bon concevoir le lieu d’un nouveau départ, celui d’une ère de sagesse, de paix, et de tendresse à laquelle mon cœur harassé et mes yeux blanchis de douleur souhaiteraient aspirer ?

A quoi bon évoquer le fond vide des choses, le fond vide de la vie, et le fond si vide de mes nuits…?

A quoi bon te dire que le jour se lève ici alors que mon récit n’a pas plus d’éclat qu’un tesson de verre pilé dans l’obscurité éclairé par un misérable rayon de lune ?

A quoi bon désirer ta présence, alors que le sanctuaire de mon calvaire a réduit en cendres toutes mes espérances ?

A quoi bon te dire tout ça, alors que j’ai perdu la Foi lorsque tu m’as privée à jamais de Toi ?

A quoi bon te dire que la fatigue de l’absence écrase les épaules et finit par faire déborder les yeux ?   

Ariana Barras

Les commentaires sont fermés.