Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/08/2016

A RAS DU CIEL

Au gré des années qui titubent sur leurs devers, entre les nostalgies et les parfums violents des printemps. Il m’arrive de souhaiter m’enfoncer encore plus profondément dans mes passions, dans mes terres. D’aller vers ce qui m’apparaît toujours plus pressant et nécessaire, la solitude de l’écriture, et les ponts jetés entre nos silences de taiseux, et nos antres de solitaire.    

Je voudrais ne plus sentir mes yeux s’user d’avoir trop vu et mon âme d’avoir trop vécu, de ces matins érodés comme des galets fatigués au fond d’une rivière. Être un paysage plus vaste, plus éclatant, et plus élevé. Être seulement une page blanche. La courber de mes écrits, et de nos mots, de nos émotions satisfaites, enfouies par l’imprudence et la distance, et qui sait, de confiance à réapparaître...

Que le souffle de ta vie et ton encre rejoignent inlassablement le lit de mon cours, la résonance de mes jours comme l’air endosse la plus superbe de tes clartés. Que tes humeurs enlisées de traînées grises et de vent s’écoulent et se drainent dans la douceur de mes eaux. Que mes sillons aient appris le sombre de tes états d’âme, ceux qui clôturent l’aube comme une cataracte creuse le ciel, fait effondré le jour avant même de le commencer. Je ne suis jamais qu’à un pas de toi.      

Lorsque les serres du temps m’étreignent, et se resserrent dans une peine légère, que la densité et le poids des choses se ressentent, que le paysage et le vent murmurent que tout se déroule bien sans nous, nous effacent et nous refoulent jusqu’à l’aplomb du renoncement.

J’ai plus que le désir d’honorer l’existence. Je veux boire chaque instant jusqu’à la dernière goutte de l’océan. J’ai le désir de matins souverains comme la vérité, d’une couche farouche de liberté scintillant sur le loin comme un chant d'amour posé entre les mains des hommes. J’ai le désir de dépoussiérer nos rêves et le fond du ciel. J’ai le désir d’embrasser les aurores, de saisir la lumière dans mes bras. J’ai le désir de croire à aujourd’hui, à la profondeur de ton cœur, et à la pleine conscience ouvrant les portes de l'intuition, et rejoignant l'infini.

Ariana Barras

Commentaires

SUPERBE
L’homme flirte perpétuellement avec le mensonge pour couper court aux conflits, aux affrontements tendancieux, à tout ce qui entrave son bon développement physique et psychologique. L’écrit joue ce rôle de confesseur en livrant ses propres faiblesses.

Écrit par : Savall d'Arvo | 25/08/2016

Les commentaires sont fermés.