Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/08/2016

CE N'EST QU'UN LEGER RETARD

Il y a un paysage mansardé, sans aplats, ni reliefs comme un horizon tassé. Il y a une saison embrumée comme la fumée épaisse d’une brune. Il y a une vitre émoussée comme une pluie sans printemps. Il y a aussi la joie et le rire des enfants…

Et puis il y a ta plume qui caracole sur le dos du vent, et tes mots qui s’envolent scintillants. Ton évidence qui ouvre la lumière dans un coin de ciel, qui emporte le monotone et le gris du temps. Il y a ta main sur cette poignée de porte… Il y a tes frôlements qui précisent les choses, et les choses qui prennent leur place.

Et puis, il y a tout ce que nous avons déposé le long de nos sentiers. Tout ce qui a infusé comme des feuilles de thé parfumées, cet ennui, ces murmurent, et ces pensées… Et puisque l’amour est la folie des sages, il y a aussi des appels, des couleurs, des voyages, et des senteurs…

Et puis il y a tant de pages blanches à remplir d’émotions et d’images, encore tant d’encre à verser, de mots à écrire et à signer. De clairs obscurs. De moments insignifiants. De nuits de lune. De suites d’instants. De couchants rouge cuivrés. Et de silences où tout commence. Comment est-il possible que d’ici le soir brille comme un matin mouillé ?

Ariana Barras

Les commentaires sont fermés.