Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/08/2016

POUR TOUTES CES CHOSES...

Pour les lettres composées à l’encre de ta tendresse, pour ton élégance et ta délicatesse, pour nos craintes et nos doutes, pour ce vide trop grand, pour notre amour, pour nos sentiers dérobés. Au bord de ta douce souvenance plonge les versants de nos troubles enchantés.

Pour les cendres que le vent soufflera, pour la lune qui soulève la nuit, pour tout ce qui me désarme en toi, pour nos poèmes qui n’en finissent pas, pour l’herbe qui frisonne sous la pluie et moi sous tes doigts. Parce que je ne veux plus de poussière, ni de perte sur tout ça.

Pour le jour qui montera, pour ton sourire d’homme et d’enfant, pour toute la lumière qui dévale du matin, pour le repos et le répit que l’on se donne, pour les jours aux couleurs inhumaines, pour nos peines. Et on se retrouve là, à se faire nettoyer de la terre par le temps, à deviner ce qui nous séparent de nos yeux fatigués et de l’après.

Pour les couchants et les levers, pour l’exil de ta peau, pour la moitié qui vient et qui nous revient, pour mes mains parfumées, pour le jaune vif du soleil et le bleu profond du ciel. Il y a si peu où s’accrocher dans nos courtes vies que l’on en vient à planter des piolets dans les flaques de sable mouillées. Tu sais pourtant et nous savons que les mots « envie, désir, et plaisir » s’écrivent à distance de la raison, précisément dans le trouble de la passion…

Ariana Barras

Les commentaires sont fermés.