Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/01/2016

PARFUM D'ENFANCE

Un nom simple et pur comme l’air frais du matin, « ma Fleur ».

Ce nom tendre et délicat que tu me donnais, s’est éteint avec ta voix.

Tu sais, je me souviens de la gouache du ciel encore menacé par l’orage, du parfum de la terre noircie et alourdie par les secousses des averses.

La nature exhaussait toutes les senteurs. Les flaques satisfaites consacraient les chemins.

Je distinguais les battements des troncs d’arbres se fendre sous l’écorce, la vie s’agitait jusqu’aux cimes. Les branches drainaient l’eau des feuilles qui parfois se déversait glacée sur ma nuque, en m’arrachant quelques frissons.

La beauté crépitait partout. Je me remplissais le cœur, respirais fort à en avoir le vertige. Depuis, le passage bordé par l’eau qui ravinait encore la terre, je t’apercevais déjà guettant mon retour.

Tu m’emportais près du feu, empoignais mes mains qui disparaissaient dans les tiennes. Tes caresses vigoureuses m’ébranlaient pour me réchauffer. Et je m’impatientais pour te raconter l’air mouillé, les escargots qui envahissaient en procession les feuillages rincés, les oiseaux transis ébrouant leur plumage…

Ton visage me fracassait de lumière, je disparaissais dans tes bras en t’embrassant. Je me sentais aimée jusqu’au fond des entrailles.

Ariana Barras

Commentaires

Tu es de retour et ta façon de nous dire m'enchante !
Voilà tes mots à toi, sans influence, simples comme quelques gouttes d'eau !
Je ne vois pas pourquoi tu mets autant de temps pour écrire ?

Écrit par : Savall d'Arvo | 17/01/2016

Les commentaires sont fermés.